Accueil      Biographie      Expositions      Aquarelle      Huile      Acrylique      Actualité      Ecrits      Liens



Ecrits



L'alambic
La vie ne tient qu’à un fil
Telle est la leçon du jour
Ne pas jouer à face ou pile
Et si le labeur vous semble lourd.

Parce que trop petit dépassé
Par la tâche qui vous est assignée
Faites appel au lutin malin
Sans aucun doute il viendra demain

Lui-même au temps suspendu
Il juge, il jauge, de sa hauteur
Se dit que la situation n’est pas perdue
Stimule ses ouvriers avec ferveur

Distribuant à chacun sa mission
Ne perdant jamais le fil conducteur
« A toi d’attiser le feu, plus d’ardeur
Sinon tu finiras en prison »

Et les voici petits bonshommes
Autour de l’alambic à distiller
Qui de bonnes paroles envolées,
Qui portant une pomme.

Monsieur et madame ne perdent pas le fil
Observant toute cette agitation
D’appeler Sieur Lutin, ils ont eu raison
Ils peuvent compter leurs sous fébriles.

Et de fil en aiguille, ils tergiversent
Inquiets de tant de magie
Sans voir qu’il fait nuit
Et que c’est de leurs rêves que les lutins surgissent….

Nadine Sguerzi

Drôle de belettes
« La palme de l’originalité revient cependant à Alain Amevet. Ce dernier a signé une étrange scène médiévale où des rongeurs humanisés et richement costumés s’agitent en tous sens. Cette scène, entre cauchemar et comédie, fait tout à la fois penser, ce qui est peu banal, à Jérôme Bosch et à Walt Disney ».



« Presse Océan » du 20/05/2006

Le monde taupe
L'homme serait-il myope
Lui qui explore l'univers
Avec son télescope
Vers la Lune, Mars et Jupiter,
Captant la moindre vie
Au point de ne pas voir
Ce monde que l'on envie
Souris, grenouilles et taupes noires,
Espèces si bien organisées
Sous ses semelles civilisées ? ? ?

Amevet / Sester
_____________________________________________________________

«  Parmi ces esprits frondeurs, il convient de saluer, entre autres, Alain Amevet qui, très en verve, a peint dans son « Monde Taupe » un cocasse univers souterrain que n’aurait sans doute pas renié un Lewis Carroll ou un Jonathan Swift en personne »

« Presse Océan » du 22/11/2005  

Pique-nique à Giverny
MONET, aurait-il pu imaginer
Qu'en l'an 2005 dans ses nymphéas de GIVERNY
Pique-niqueraient à l'ombre des saules pliés
Canards, rats, taupes ravis
D'observer sur la passerelle
La bien-aimée sous son ombrelle.

Amevet / Sester

Vie de famille
« Parmi les œuvres les plus surprenantes, il convient sans doute de citer vie de famille.
Un charmant tableau d’Alain Amevet présentant un intérieur bourgeois occupé par de très élégants rongeurs. Voir ces furets, belettes et autres batraciens prendre cérémonieusement le thé ou parcourir la dernière édition du Times n’est pas sans rappeler puissamment l’univers fantastique d’un Lewis Caroll. »

« Presse Océan » du 21/11/2004

Cœur de rose
« La vie secrète des fleurs
Même si nos artistes restent d'évidence attachés au figuratif, cela n'empêche pas à l'originalité de faire çà et là une apparition remarquée. Parmi ces francs-tireurs, il faut notamment citer Alain Amevet dont l'huile titrée non sans justesse "coeur de rose" nous invite ni plus ni moins à changer d'échelle. Devant ce soyeux et gigantesque labyrinthe de pétales, le visiteur se sent soudain miniaturisé... comme s'il avait adopté la taille et le point de vue d'un insecte fureteur, égaré dans une fleur gigantesque. »


« Presse Océan »
 le 15/03/2005

Haut de page